Billet / Raturé #13

“NDDL : Aéroport ?! Bourbier républicain !”

Les trois médiateurs, tous dévoués à la cause écologiste pure et dure, viennent de remettre leur rapport sur la nécessité ou non de construite un nouvel aéroport à Nantes.

Notre Dame des Landes (NDDL) à une vingtaine de kilomètres de Nantes serait le site de ce projet, l’actuel aéroport ne pouvant plus s’accroître dans sa structure actuelle.

Disons le tout net, la discussion n’a pas aboutie et ils ne font que suggérer leur préférence, tout en présentant les deux possibilités : soit créer un nouvel aéroport soit agrandir l’actuel.

La lecture de leurs recommandations ne trompe personne, ils penchent plus que fortement en faveur du remaniement de Nantes Atlantique, s’interdisant d’être formels toutefois.

Ainsi ces trois supposés sages qui ne le sont en rien vont dans le sens des 300 zadistes, gauchistes extrémistes qui insultent l’Etat depuis près de 10 ans maintenant.

Si le gouvernement d’Emmanuel Macron devait les suivre dans leurs conclusions, une fois encore on assisterait à une nouvelle remise en cause de l’autorité de l’Etat, au bafouage des votes démocratiques des deux assemblées territoriales que sont le conseil régional et l’assemblée départementale, à la remise en cause du vote non moins démocratique du référendum local.

C’est beaucoup trop à mon sens, c’est inadmissible. Rappelons enfin que notre actuel président s’était prononcé pour le respect de l’ordre public et la construction de ce nouvel aéroport lors de sa campagne électorale. Faut-il une fois encore rappeler l’adage selon lequel les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent?

Une poignée d’écolocrates enragés et intolérants, assistés de la crème des gauchistes européens auront eu raison de la République. Un beau cas jurisprudentiel pour tous ceux qui voudront remettre en cause une décision qui ne leur convient pas. La peur morbide d’assister à une explosion de violence si les forces de l’ordre devaient nettoyer le terrain illégalement occupé par ces combattants du désordre et quelques pseudo agriculteurs, l’emportera vraisemblablement.

C’est du moins ce qui ressort des analyses de l’ensemble de la presse nationale, de tous ces porteurs de stylo, ces agitateurs de souris, ces penseurs de bureau qui ne découvrent qu’aujourd’hui où se trouve Notre Dame des Landes, ce qu’est Grand Lieu.

Et tous de souligner que ces trois « sages » par leur conclusion ôtent une épine du pied du gouvernement puisqu’ils expliquent la faisabilité de l’agrandissement de Nantes Atlantique puisque le solution Nantes sous-entend le départ dans l’ordre et sans bruit des zadistes occupants.

Cet angélisme prêterait à sourire s’il n’était complètement idiot et totalement déconnecté de la réalité. La violence sera, même si l’aéroport se fait à Nantes. Les occupants considèrent NDDL comme leur territoire et n’entendent pas le quitter. Point n’est besoin de commenter plus avant.

Grosso modo, les médiateurs écologistes articulent leur réflexion selon trois axes. Voyons voir de plus près. Tout d’abord la protection de l’environnement. Ce qui fut et est le cheval de bataille, dès l’origine, pour refuser NDDL. La création et l’aménagement d’une deuxième piste et des infrastructures nécessaires « n’artificialiseraient que 30 hectares »‘ tandis que NDDL s’étendrait sur 1100 hectares.

C’est simplement oublier que la réserve de Grand Lieu, classée Natura 2000 serait impactée contrairement aux affirmations du muséum d’histoire naturelle. Elle l’est déjà. Cela ne pourra qu’être encore plus important. Lors des phases d’atterrissage, les avions survolent à basse altitude cet espace.

Il est troublant de constater que pour ces soit disant spécialistes , le bruit des avions au-dessus de ce lac , réserve animale reconnue nationalement, ne trouble pas les espèces y habitant (sans compter les humain)s mais que chasser et tirer trois coups de fusil en forêt les trouble surtout au moment de la reproduction.

Etrange analyse, ne trouvez vous pas ? De plus pourrait-on nous signaler quelles espèces protégées sont en danger à NDDL ?

L’envahissement permanent des lieux par les zadistes et les milliers de personnes qui se rendent à leurs happenings musicaux réguliers, sans compter les cultures, ne troublent pas ces espèces.

Bizarre. Y-a-t-il quelques pique-prunes qui seraient traumatisés, Comme ce fut le cas pour retarder de plus de 10 ans l’autoroute Angers-Le Mans ( accidents mortels, incidence économique, pollution).

Enfin il faudra expliquer comment on créé une piste sans se soucier des vents dominants. Donc la majorité des atterrissages se fera par un survol à basse altitude de Nantes comme cela est actuellement.

Concluez vous mêmes, chers amis lecteurs.

Deuxième point en faveur de Nantes Atlantique selon ces mêmes trois sages: le bruit.

L’expert missionné, Michel Badré, l’affirme « l’aménagement ne serait pas plus impactant que ne l’est la structure actuelle. » Il s’appuie pour cela sur le fait que les avions ont une capacité d’emport plus importante et donc que l’accroissement des passagers n’entraînerait pas automatiquement une augmentation du nombre d’avions. Des études font apparaître l’inverse. Et c’est logique.

Nos chers amis ont oublié un petit paramètre d’une importance capitale: la destination finale, la finalité de cet aéroport serait nationale ou internationale?

La donne n’est plus du tout la même. Ouvrira t-on cette nouvelle structure aux gros porteurs internationaux? Le rapport n’envisage pas ce paramètre pourtant d’une importance capitale paramètre qui avait été pris en considération pour NDDL.

Il est déterminant pour le futur aménagement et sa faisabilité..

Ultime observation et non des moindres. Ces trois personnages concluent que l’aménagement de la structure actuelle reviendrait à environ 120 millions d’euros de moins que NDDL.

Le précédent rapport disait exactement l’inverse. Il ne faut pas être grand clerc pour savoir que de toute manière l’enveloppe prévue sera largement dépassée quelque soit le projet retenu par le gouvernement.

C’est toujours ainsi avec les contrats de l’Etat. La minoration est de rigueur. Nos trois médiateurs ne font qu’évoquer cette rupture de contrat unilatérale avec ses conséquences financières mais ont simplement omis de chiffrer la somme qu’il faudra verser à Vinci si NDDL est abandonné. 100,200,350 millions d’euros?

Alors dire que Nantes coûtera moins cher que NDDL me fait sourire. Peut-on être candide à ce point?

Et puis c’est faire fi du remboursement des sommes importantes engagées par les assemblées territoriales. N’oublions pas que le Département a acheté tous les terrains et ce depuis fort longtemps, le coût des études, des premiers aménagements etc.

Et comment se passera le retour dans la légalité de tous ces terrains squattés, occupés sans contreparties financières et pour certains d’entre eux revendus en toute illégalité. Les tribunaux n’ont pas fini d’entendre parler de NDDL.

Voilà pour les points majeurs soulevés et battus en brèche par le rapport. Il reste pourtant une question en suspend et que pudiquement on a occultée. Donnée qu’on ne peut pas ne pas envisager et qui fait que l’aménagement de Nantes Atlantique n’est pas pour demain ni même pour après demain.

Ce qui a été fait pour NDDL le sera encore plus pour Nantes: les recours en annulation. Les médiateurs ont-ils un instant envisagé cette action programmée des opposants?

Ce n’est pas parce qu’ils sont des gens pondérés et calmes, fuyant la loi de la rue qu’ils resteront pour autant silencieux. C’est les prendre pour des imbéciles.

Des centaines de recours sont en préparation… Et vous verrez que les zadistes manifesteront bientôt contre Nantes Atlantique rénové au nom de la tranquillité écologique de Grand-Lieu. Vous avez dit risible, comme c’est risible!

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*